JOVENEL MOÏSE DEVRAIT -IL SUPPRIMER LES AVANTAGES DES FINANCIERS DE SA CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE?

On est unanime à reconnaître que le président Jovenel Moïse a été élu en décembre 2016 après 22 mois de campagne électorale nécessitant des investissements financiers énormes. Il a prêté serment le 7 février 2017 pour un mandat de cinq ans qui se termine en 2022. Plus d’un pense qu’il ne pouvait pas se faire élire sans avoir le support financier de quelques bailleurs de fonds du secteur des affaires.

Ces gens forment l’élite économique et ils investissent dans la campagne électorale d’un candidat à condition qu’ils obtiennent des avantages sur leur investissement. On est sûr que le président Jovenel Moïse a dû consentir un accord avec ses financiers pour pouvoir occuper la magistrature suprême de l’Etat.

Assurément, les gens d’affaires qui ont soutenu sa longue campagne présidentielle lui ont demandé en retour certaines exclusivités en matière d’importation des produits de première nécessité ou des biens et services. Il y en a qui ont exigé des exemptions de taxes ou des nominations politiques au cabinet ministériel pour veiller à leurs intérêts économiques. Il doit quand même essayer d’honorer ses engagements s’il ne veut pas être le dindon de la farce. Sinon, son régime risque de connaître des bouleversements et de l’instabilité politique.

Ayant pris les rênes du pouvoir le 7 février 2017, le président Jovenel Moïse a vite constaté l’ampleur de ses responsabilités. Les moyens financiers sont très limités et il est difficile de répondre à l’ensemble des difficultés socio-économiques du pays. De plus, il n’anticipait pas que Jocelerme Privert, président provisoire allait lui laisser une caisse quasi vide après son départ. L’Etat a du consentir de payer plusieurs mois d’arriérés de salaire des fonctionnaires. Les contractuels engagés par ce gouvernement provisoire ne recevaient pas leur salaire pendant plusieurs mois. Ces faits constituaient un handicap majeur pour la stabilité et le bon fonctionnement de son régime.

De plus, les conditions de travail des éducateurs, des agents de police et des professionnels de la santé sont très précaires. L’économie du pays se trouve dans une situation léthargique, la production agricole est en nette régression, le taux de chômage s’accentue au quotidien. La contrebande et la corruption s’érigent en culture dans toutes les sphères de l’administration publique. Le pays importe beaucoup plus de produits qu’il en exporte et cela crée un déséquilibre financier. Le président Moïse a hérité les écarts de Joseph Michel Martelly qui fut l’objet de plusieurs critiques en matière de corruption et de détournement de fonds.

Les concessions et les exemptions de taxes que le chef de l’Etat aurait consenti à ses financiers de sa campagne présidentielle causent un problème majeur dans l’opinion publique. Il est difficile de trouver les moyens suffisants pour que son équipe mette en place des politiques publiques efficaces qui sont conformes à son programme électoral. Il est important de rappeler qu’après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, les bailleurs de fonds internationaux ont annulé une bonne partie de la dette externe du pays.

Cette annulation post catastrophe empêche le gouvernement haïtien de contracter de nouveaux emprunts au niveau international durant une période de 10 ans. Donc, le régime de Jovenel Moïse doit nécessairement adopter des mesures visant à répondre aux conditions socio-économiques difficiles de la population. De plus, il doit utiliser des stratégies pour faire face à une opposition fragmentée sans légitimité populaire qui exploite la pauvreté des gens défavorisés dans les bidonvilles. Les manifestations des chômeurs des quartiers populaires créent un climat d’instabilité non propice à l’investissement des capitaux étrangers.

Il faut croire que cette opposition affairiste joue sur la faiblesse gouvernementale pour inciter la masse défavorisée à exprimer son désarroi contre l’administration de Moïse/Ceant. Ces pseudos-démocrates se complotent avec le secteur économique hostile au régime pour organiser des manifestations avec violence exigeant la démission du président Moïse.

Pour atteindre leur objectif, ils incitent au pillage des magasins, au saccage des vitres de voitures, au blocage des rues avec des pneus enflammés. Les grèves forcées des acteurs politiques ont une incidence grave sur les activités économiques. L’Etat ne pouvait pas collecter des taxes et des impôts et les activités commerciales à la frontière sont paralysées.

Dans un contexte socio-économique difficile, le régime du président Moïse doit agir vite pour tenter de calmer les esprits en élaborant des programmes à haute intensité de main-d’œuvre visant à réduire le chômage et à apaiser les effets de la hausse des prix des produits de première nécessité. S’il y a des investissements majeurs dans le secteur agricole, le gouvernement pourrait bien réduire le taux de chômage dans le milieu paysan et du coup augmenter la production agricole.

On doit se demander si les bailleurs de fonds de sa campagne accepteraient de renégocier l’accord tacite passé par les émissaires du PHTK. Est-ce que le président pourrait se dissocier des engagements de son organisation politique? Quelles seront les conséquences à prévoir s’il change les conditions de ses obligations à l’égard des gens d’affaires?

Quelle qu’en soit sa décision, un changement de stratégie s’avère une nécessité pour les actions de son régime. L’insistance de poursuivre avec la caravane de changement qui connaît des ratés dans sa gestion risquerait de causer plus de dommages à son administration. Le président Jovenel Moise doit cesser de faire des promesses auxquelles il ne pourra pas tenir à cause d’un budget national trop limité. Ce faisant, il attire des ennuis et de l’insatisfaction populaire que les organisations politiques de l’opposition pourraient bien exploiter à leurs fins pour exiger sa démission du pouvoir exécutif.

Jean-Marie Mondésir

Juriste haïtien |Specialiste en droit civil

Maîtrise en sciences de Développement

Éditeur: magazine.port-salut.org

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s