FAUDRAIT-IL TOLÉRER LES ACTIONS DES SÉNATEURS DÉLINQUANTS?

Par: Jean-Marie Mondésir

Dans une société démocratique, tous les citoyens jouissent de leurs droits e : droit à la vie, droit à la sécurité, droit à l’éducation, droit au travail, droit à la liberté d’expression, droit à l’information. Ces droits fondamentaux ne sont pas absolus, il est important que les autorités publiques interviennent pour imposer certaines limites. Liberté n’est pas synonyme de licence de faire ce qu’on veut dans une société démocratique.

Parlant de société démocratique cela sous-entend le respect des règles et des principes établis pour régir les institutions constituant le fonctionnement de cette société. Pour certains auteurs, la démocratie c’est la dictature des lois ou le respect de la décision majoritaire.

Après le renversement du régime dictatorial des Duvalier le 7 février 1986, le peuple crie victoire à la démocratie. C’était la révolte populaire qui contraignait la classe possédante à privilégier ses intérêts économiques en laissant ses intérêts politiques. Les gens d’affaires ont décidé de lâcher le régime de Jean-Claude Duvalier et ses tontons macoutes.

Plusieurs années se sont écoulées après la chute de ce régime dictatorial, le pays s’enfonce dans une misère infernale et les conditions socio-économiques de la population se dégrade continuellement. En 1987 le peuple haïtien a proclamé une nouvelle constitution, elle a été amendée en 2011. Cependant, cet amendement constitutionnel ne fait qu’empirer la pauvreté des familles. Le modèle d’organisation des institutions préconisées qui se charge d’assurer le bon fonctionnement de la société n’est pas adaptée à la réalité socio-économique du pays. Ce modèle d’organisation freine le développement du pays et crée des disparités socio-économiques et politiques entre les différentes couches de la société. Le pouvoir exécutif doit répondre aux exigences des sénateurs et des députés. Sinon, le président risque de connaître des tractations et de machinations machiavéliques s’il refuse de travailler en connivence avec les parlementaires pour satisfaire leur quatre volontés. Le gouvernement est contrôlé par les deux chambres du Parlement et les départements géographiques sont laissés pour compte. Les collectivités territoriales et locales n’ont pas les moyens financiers pour répondre aux besoins prioritaires de leur population pauvre. Cependant, les parlementaires reçoivent tous les avantages et les privilèges des autorités publiques sans fournir de résultats probants pendant que les conditions socio-économiques de la masse se dégradent au quotidien.

Les actes de vandalisme au sénat des quatre sénateurs de la République sont-ils condamnables? Défendent-ils vraiment les intérêts du peuple en empêchant le gouvernement de présenter sa déclaration de politique générale? Expriment-ils vraiment le ras le bol du peuple avec la cherté de la vie et l’insécurité? C’est à vous d’en juger …

Jean-Marie Mondésir

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s