JOVENEL MOÏSE SERAIT-IL UN PRÉSIDENT CYNIQUE?

Le président Jovenel Moïse garde son mutisme depuis quelques temps et il ne fait pas son apparition dans les médias. Plusieurs tentatives de constituer un gouvernement légitime butte à des difficultés des parlementaires récalcitrants au Sénat. La récente crise de rareté des produits pétroliers sur l’ensemble du territoire affecte considérablement l’ouverture des classes depuis le 9 septembre 2019. Le président persiste à garder son mutisme malgré la mobilisation citoyenne qui exige son départ. Il se présente à l’assemblée générale des Nations-Unies sur le fonds d’un climat politique bien tendu. On s’interroge déjà sur le contenu de sa déclaration à la tribune de l’ONU.

Par : Jean-Marie Mondésir

Le président Jovenel Moïse fait face à une résistance féroce depuis son accession au palais national le 7 février 2017. En regardant le climat politique après plus de deux ans au pouvoir, on a l’impression que le peuple n’est pas loin de se soulever contre son régime. Les promesses faites lors de sa campagne électorale ne sont pas encore concrétisées et les conditions socio-économiques des citoyens deviennent de plus en plus insupportables. En un mot, le pays se trouve dans une situation économique sans précédent et très précaire. Plusieurs secteurs de la société haïtienne exigent le départ du président élu du fait qu’il n’a pas pu mettre en œuvre son projet politique.

Selon l’esprit de la constitution en vigueur en Haïti, le président est le garant de la bonne marche des institutions, mais il n’est pas en mesure de constituer un gouvernement légitime à cause des parlementaires récalcitrants et corrompus. Sa majorité au Parlement est circonstancielle pour ne pas dire virtuelle. Ces parlementaires soutiennent les actions gouvernementales à condition qu’il les soudoie ou les offre des avantages indus. Le mariage instauré entre le pouvoir exécutif avec les parlementaires ne porte pas de très bons résultats. Il s’agit d’un mariage en blanc qui est basé sur une hypocrisie déconcertante, mais on ne peut pas trop en vouloir au président de la République qui jouit d’une impopularité légendaire dans l’opinion publique.

Le peuple éprouve des difficultés énormes à nourrir ses enfants, le taux de chômage augmente quotidiennement, l’insécurité bat son plein à la capitale, la monnaie nationale se dévalue de manière considérable, l’économie est en lambeaux, car les contrebandiers contrôlent tous les secteurs clés du gouvernement. Les policiers n’ont pas les moyens de réprimer la violence de certains bandits qui sont liés aux parlementaires et à des proches du régime de Moïse. Les fonctionnaires ne parviennent pas à recevoir à temps leur salaire. Certains disent qu’il y a trop de corruption au sein de son gouvernement et d’autres soulignent que le président favorise les bailleurs de fonds de sa campagne présidentielle. On ne sait pas ceux qui disent la vérité ou le contraire. La rédaction de Port-Salut Magazine se demande si le président Jovenel Moïse serait-il victime d’un complot de ses détracteurs ou des gens de son entourage? Est-ce qu’il serait victime des entrepreneurs influents qui contrôlent les ressources du pays? Le climat politique instable qui sévit actuellement ne serait-il pas le fruit de son incompétence démesurée ou de son impopularité légendaire?

Suivez-nous et vous comprendrez l’ampleur de la situation politique en Haïti.

À suivre sur Port-Salut Magazine

Magazine.port-salut.org

1 commentaire

  1. JOVENEL MOÏSE SERAIT-IL UN PRÉSIDENT CYNIQUE?

    Le président Jovenel Moïse garde son mutisme depuis quelques temps et il ne fait pas son apparition dans les médias. Plusieurs tentatives de constituer un gouvernement légitime butte à des difficultés des parlementaires récalcitrants au Sénat. La récente crise de rareté des produits pétroliers sur l’ensemble du territoire affecte considérablement l’ouverture des classes depuis le 9 septembre 2019. Le président persiste à garder son mutisme malgré la mobilisation citoyenne qui exige son départ. Il se présente à l’assemblée générale des Nations-Unies sur le fonds d’un climat politique bien tendu. On s’interroge déjà sur le contenu de sa déclaration à la tribune de l’ONU.
    
Par : Jean-Marie Mondésir
    
Le président Jovenel Moïse fait face à une résistance féroce depuis son accession au palais national le 7 février 2017. En regardant le climat politique après plus de deux ans au pouvoir, on a l’impression que le peuple n’est pas loin de se soulever contre son régime. Les promesses faites lors de sa campagne électorale ne sont pas encore concrétisées et les conditions socio-économiques des citoyens deviennent de plus en plus insupportables. En un mot, le pays se trouve dans une situation économique sans précédent et très précaire. Plusieurs secteurs de la société haïtienne exigent le départ du président élu du fait qu’il n’a pas pu mettre en œuvre son projet politique.
    
Selon l’esprit de la constitution en vigueur en Haïti, le président est le garant de la bonne marche des institutions, mais il n’est pas en mesure de constituer un gouvernement légitime à cause des parlementaires récalcitrants et corrompus. Sa majorité au Parlement est circonstancielle pour ne pas dire virtuelle. Ces parlementaires soutiennent les actions gouvernementales à condition qu’il les soudoie ou les offre des avantages indus. Le mariage instauré entre le pouvoir exécutif avec les parlementaires ne porte pas de très bons résultats. Il s’agit d’un mariage en blanc qui est basé sur une hypocrisie déconcertante, mais on ne peut pas trop en vouloir au président de la République qui jouit d’une impopularité légendaire dans l’opinion publique.
    
Le peuple éprouve des difficultés énormes à nourrir ses enfants, le taux de chômage augmente quotidiennement, l’insécurité bat son plein à la capitale, la monnaie nationale se dévalue de manière considérable, l’économie est en lambeaux, car les contrebandiers contrôlent tous les secteurs clés du gouvernement. Les policiers n’ont pas les moyens de réprimer la violence de certains bandits qui sont liés aux parlementaires et à des proches du régime de Moïse. Les fonctionnaires ne parviennent pas à recevoir à temps leur salaire.

    Certains disent qu’il y a trop de corruption au sein de son gouvernement et d’autres soulignent que le président favorise les bailleurs de fonds de sa campagne présidentielle. On ne sait pas ceux qui disent la vérité ou le contraire. La rédaction de Port-Salut Magazine se demande si le président Jovenel Moïse serait victime d’un complot de ses détracteurs ou des gens de son entourage? Est-ce qu’il serait victime des entrepreneurs influents qui contrôlent les ressources du pays? Le climat politique instable qui sévit actuellement ne serait-il pas le fruit de son incompétence démesurée ou de son impopularité légendaire?
    
Suivez-nous et vous comprendrez l’ampleur de la situation politique en Haïti.
À suivre sur Port-Salut Magazine
Magazine.port-salut.org

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s