ET SI JOVENEL MOÏSE DÉMISSIONNAIT…

Par : Jean-Marie Mondésir

Plus d’un constate que le peuple se mobilise pour exiger le départ précipité du président Jovenel Moïse. On se dit qu’il est incompétent, corrompu, insouciant et incapable de diriger le pays pour répondre aux besoins fondamentaux de la population. Le constat est flagrant et le président de la République ne contrôle rien, son autorité est contestée par toutes les couches de la société.

Il est bon de se demander si les acteurs politiques qui récupèrent la mobilisation citoyenne seraient-ils en mesure de redresser les conditions socio-économiques du pays après la démission de ce président? Le départ du président aurait-il permis de stabiliser le pays et de répondre à l’urgence de la situation critique ? Est-ce que les acteurs politiques de l’opposition pourraient-ils garantir la baisse des prix les produits de première nécessité ? Ou est-ce qu’ils vont trouver les moyens financiers pour répondre à la rareté de certains produits de consommation? Quelles politiques vont-ils mettre en œuvre pour contrôler la dévaluation de la monnaie nationale et inciter les touristes à visiter Haïti? Comment pourrait-on expliquer que les parlementaires n’intervenaient pas durant leur mandat pour modifier la constitution?

À quand la fin des saccages, de violences, des pillages des biens d’autrui? Les gens ont peur de vaquer à leurs occupations professionnelles et habituelles parce qu’il y a des menaces constantes de violences.

Le pays est à l’agonie et les conditions socio-économiques de la population se détériorent. La crise politique qui sévit actuellement affecte considérablement les pauvres des bidonvilles qui vivotent au quotidien. On ne peut pas se défiler devant ses responsabilités, le déclin de la société doit interpeller l’ensemble des patriotes. Les conséquences de cette crise politique vont longuement se faire sentir dans le milieu populaire. On n’est pas sûr que les acteurs de l’opposition ont la solution ou le projet de société pour pouvoir résoudre cette crise.

C’est le secteur mafia de l’élite économique qui saura le grand gagnant du départ du président Jovenel Moïse. On constate qu’il y a beaucoup d’improvisation des acteurs politiques qui cherchent à récupérer la mobilisation populaire. Les sénateurs osent traiter de raciste les membres du Corps Group alors qu’ils refusent de dialoguer avec Jovenel Moïse. C’est du n’importe quoi…

À suivre sur Port-Salut Magazine

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s